LOGIN: 
   PASSWORD: 
                       accès étudiants

 

 
          Frédéric GIMELLO-MESPLOMB, Maître de conférences

 
| cours | | | | |
|
f

chercher

économie du cinéma
politiques de l'audiovisuel
exploitation-programmation
histoire du cinéma
théorie du cinéma
analyse de film
le cinéma de genre
économie de la culture
art, société & politique
politiques culturelles
institutions culturelles
projet professionnel

l'Europe de la culture
les médias européens
sociologie des médias
   
  liste complète des cours
   
Recherche
programme de recherche
expertises scientifiques
Commission Européenne
   
Publications
ouvrages
chapitres d'ouvrages
articles de revues
colloques & conférences
entretiens
   
Direction de recherches
choix du sujet
choix du directeur
travaux en ligne
consignes de rédaction
stages
   
   
   
espace réservé
  ads1
   
Traductions
 
 

Le choix du sujet de recherche (master et thèse)


 

II. LE CHOIX DU SUJET


Contexte


Le choix du sujet constitue, avec le choix du directeur, la démarche qui aura la plus grande importance dans le cheminement de l’étudiant. Le sujet de recherche représente ce sur quoi l’étudiant investira le plus et de ce choix dépendra aussi les apprentissages et la satisfaction que l’étudiant retirera de sa démarche.
Les étudiants doivent conserver une certaine marge de manoeuvre dans le choix de leur sujet et ils ne devraient pas laisser le directeur décider seul de ce que sera le sujet de recherche.


Vous devriez ainsi vous informer au cours de vos contacts auprès des directeurs potentiels du cadre dans lequel vous aurez à travailler. Il est évident que les travaux dans les équipes de recherches ou les projets déjà entamés laissent moins de liberté parce que ces projets sont souvent orientés vers des objectifs précis. Cependant, vous pouvez choisir votre échantillon, certaines variables particulières, certaines procédures expérimentales ou d’autres aspects qui peuvent bien cadrer dans la démarche de recherche déjà déterminée tout en vous permettant de vous approprier le sujet en fonction d’éléments qui présentent pour vous le plus d’intérêt. Il est important d’en discuter avec votre directeur le plus tôt possible, voire dès que vous établissez un premier contact avec lui et qu’il vous mentionne que vous devrez vous intégrer dans une équipe ou un projet de recherche déjà en marche.


Le directeur peut faire des propositions de sujets ou fournir des pistes à explorer compte tenu de sa connaissance du domaine et des problématiques qui peuvent être étudiées dans le contexte d’un mémoire de maîtrise, mais vous devez aussi vous accorder une partie de la décision.
Dans certains cas, il peut être attirant d’adopter des projets définis à l’avance parce que plusieurs informations seront déjà disponibles, que ce soit la littérature qui aura été dépouillée ou les données recueillies sur lesquelles vous n’aurez qu’à faire les analyses requises. Mais si vous n’avez pas d’intérêts particuliers pour le sujet précis, vous risquez fort d’avoir de la difficulté à rendre votre projet à terme parce que vous en n’en retirerez pas la satisfaction nécessaire

 

Ces précisions sont importantes parce que beaucoup d’étudiants croient à tort qu’ils ne peuvent rien décider et qu’ils doivent absolument se soumettre aux volontés de leur directeur de recherche. Si votre directeur vous mentionne clairement que vous devez absolument adopter le projet qu’il vous propose, tel qu’il vous le propose et que vous n’avez aucun droit de regard sur l’un ou l’autre des aspects relatifs au sujet, à moins d’être vraiment emballé par ce sujet, il est préférable de considérer rapidement la possibilité de choisir un autre directeur de recherche. La démarche de réalisation d’un mémoire de master demande un trop grand investissement personnel pour se faire dans un contexte où vous n’avez aucun pouvoir sur ce que vous faites.
Par ailleurs, rendu à l’étape de choisir votre sujet de recherche, vous avez probablement déjà en tête un domaine, voire une problématique de recherche. Votre démarche vise donc alors à concrétiser de manière opérationnelle ce que vous voulez approfondir dans votre domaine de recherche. Pour des raisons évidentes d’efficacité et d’encadrement, ce choix se fera en collaboration avec votre directeur.


Il s’agit d’une étape où l’étudiant entre dans un processus de lecture, de réflexion et de discussions avec son directeur ou d'autres personnes ressources qui peuvent apporter un avis supplémentaire sur la faisabilité du projet ou la pertinence de l’approche utilisée. Le choix du sujet et l’élaboration du projet de recherche ne sont pas des décisions qui se prennent instantanément. Elles doivent être les plus éclairées possible.


Pour faciliter la démarche, il serait important que vous développiez déjà avec votre directeur un mode de fonctionnement qui vous permette de savoir de quelle façon vous établirez l’horaire ou les critères des rencontres. Dans certains cas, vous voudrez peut-être lui faire prendre connaissances d’articles ou de documents sur lesquels vous voulez appuyer votre démarche. Il faudra que vous sachiez comment procéder dans ces situations. En même temps que vous avez le droit de pouvoir décider de votre sujet, vous devez également tenir compte de l’expertise, des compétences ainsi que des intérêts de votre directeur de recherche. Il s’agit d’un processus qui devrait se faire à deux et où chacun peut y trouver son compte. Si vous devenez réticent à toute proposition de votre directeur parce que vous craignez qu’il ne s’immisce trop dans votre démarche, il faut en discuter tout de suite avec lui. Sinon, la relation deviendra très vite invivable et vous n’accepterez probablement pas les corrections éventuelles de votre directeur qui sont inévitables dans le processus de réalisation de votre mémoire.

 

Critères de choix du sujet


Votre directeur de recherche pourra vous aider à cerner le sujet qui correspondra le mieux à vos attentes et qui répondra aux critères relatifs à un sujet pour un mémoire de maîtrise. Cependant, certaines précisions
supplémentaires sont importantes à mentionner puisqu’elles seront déterminantes dans ce que vous pourrez
proposer à votre directeur.


Vous avez choisi votre sujet parce que vous voulez « prouver » quelque chose, confirmer un avis ou une idée déjà faite.
Si vous avez déjà en tête de vouloir prouver quelque chose alors que vous en êtes seulement à une première étape de choisir un sujet, il y a un danger que vous ne puissiez pas arriver à vos fins et que vous vous découragiez en cours de route. Si vous en parlez à votre directeur de recherche, il vous mettra probablement en garde, à moins que vos « hypothèses » soient solides à la lumière de son expérience et de ses connaissances dans le domaine. Il est préférable que vous ayez en tête certaines hypothèses ou encore mieux, que vous structuriez les hypothèses à la lumière des lectures et des réflexions que vous ferez plutôt que de vouloir « prouver » quelque chose au départ, surtout avant que vous n’ayez vraiment entrepris la démarche de réflexion et de documentation préalable à l’émission d’hypothèses.


Vous avez vécu une expérience personnelle et vous voulez l’approfondir
Il s’agit d’un critère qui peut aider à conserver l’intérêt tout au long de la démarche puisque vous vous sentirez
impliqués directement. Dans certains domaines, il est d’ailleurs obligatoire de choisir un sujet directement en
lien avec les expériences personnelles, notamment professionnelles. Cependant, il existe également un certain danger à ce type de sujet. La démarche doit consister à permettre l’approfondissement de la réflexion et de compréhension de la situation et non pas à « régler » la situation ou le problème tel qu’il a été vécu. Ce ne sont évidemment pas tous les sujets qui se prêtent à cette situation, mais dans certains domaines, l’étudiant peut vouloir comprendre ce qui s’est passé et sa démarche n’est alors pas dut tout fondée sur une approche « expérimentale » ou objective du phénomène mais beaucoup plus expériencielle, voire thérapeutique!
Même dans les programmes qui invitent les étudiants à choisir un sujet directement en lien avec leur expérience personnelle, il faut développer une certaine distanciation pour conserver une approche objective permettant l’analyse adéquate de tous les aspects impliqués. Quelqu’un qui serait trop pris émotivement ou personnellement par son sujet verrait probablement des difficultés apparaître en cours de route pour approfondir la problématique ou analyser les données de façon adéquate.
Si vous êtes personnellement impliqué et que vous savez que votre sujet peut avoir un certain impact sur vous, même si vous ne pouvez tout de suite en évaluer l’importance, il serait bon d’en parler à votre directeur de recherche. Il pourra alors vous aider à orienter votre recherche ou vous donner des indications sur les moyens d’approcher le sujet de manière à conserver cette distanciation nécessaire.


Le sujet semble facile parce que, par exemple, vous avez déjà des données disponibles ou il semble « simple ».
Choisir un sujet parce qu’il sera facile à réaliser ou parce qu’il est « simple » ne sont pas en soi des critères qui doivent être les seuls à influencer votre choix. Parfois, un sujet trop « simple » ou trop facile peut finir par ne présenter pour vous plus aucun intérêt et vous n’y trouvez aucune satisfaction. Votre directeur peut vous aider à choisir un sujet qui ne sera pas trop complexe et qui pourra se faire dans le cadre de votre maîtrise, mais si votre premier critère est la « simplicité » ou la facilité à le réaliser, les derniers mois de rédaction de votre mémoire seront probablement difficiles à passer!


Vous avez un objectif « caché »
Avoir un objectif caché, c’est avoir des raisons personnelles qui ne sont pas clairement exprimées ou qui ne
sont pas celles qui sont présentées. Par exemple, un étudiant peut vouloir choisir un sujet parce qu’il entrevoit pouvoir mieux « monnayer » un emploi possible à la fin de son mémoire ou parce qu’il veut avoir une
subvention de recherche. Ce sont des critères ou des facteurs qui sont tout à fait valables dans le choix d’un sujet de recherche, mais d’une part, ils ne doivent pas constituer les critères uniques et d’autre part, ils ne doivent pas être cachés au directeur de recherche. Le fait d’avoir ainsi des objectifs « cachés » peut faire en sorte de créer des complications ou des mésententes avec le directeur lorsqu’il proposera des orientations qui n’iront pas dans le sens de vos projets. Il peut être pertinent d’évaluer avec votre directeur les aspects que vous pouvez intégrer dans votre démarche pour faciliter l’atteinte de vos objectifs. L’expérience de votre directeur peut justement vous aider mieux à y parvenir.


Vous voulez choisir un sujet que vous pourrez continuer au doctorat
Il n’est pas favorable de choisir d’emblée un sujet qui constituera une première étape d’un sujet plus vaste que
vous continuerez au doctorat. La démarche de maîtrise est déjà en elle-même une étape qui comporte ses propres caractéristiques. Vous pouvez effectivement décider de poursuivre au doctorat la recherche entreprise à la maîtrise. Mais cette décision doit être prise en cours de démarche lorsque le doctorat devient bel et bien une voie possible.
Par contre, si vous décidez de votre sujet en fonction de cette éventualité, il y a un danger à élaborer ou choisir un sujet en première année de master qui a trop d’ampleur. Si vous rencontrez des difficultés en cours de route ou si le doctorat ne devient plus quelque chose d’aussi certain, il se peut que vous arriviez difficilement à terminer votre recherche parce que la finalité à lui donner à la maîtrise aurait moins de sens parce que vous ne pensez plus le continuer au doctorat.
Il se peut que votre directeur vous mette en garde contre ces dangers. Mais il se peut aussi que vous soyez tellement convaincu (et convaincant) de la pertinence de votre démarche qu’il se laisse convaincre aussi de vous laisser vous engager dans un projet qui aurait trop d’ampleur s’il était effectué seulement dans le cadre d’une démarche de maîtrise « ordinaire ».

 

Les difficultés dans la démarche de choix du sujet


Il existe certaines difficultés inhérentes à la démarche du choix du sujet. Ces difficultés sont principalement associées à la façon avec laquelle l’étudiant effectue son travail de réflexion et de recherche des informations.
Ces difficultés peuvent être facilement évitées lorsque l’étudiant réfère régulièrement à son directeur, selon les
ententes qu’ils ont prises.


Chercher sans réfléchir (attendre l’idée de génie)
La démarche de choix du sujet de recherche implique évidemment beaucoup de lecture pour évaluer ce qui se
fait dans le domaine et aider à préciser certaines conditions particulières dans lesquelles le sujet pourra êtreétudié. Beaucoup d’étudiants procèdent à ces lectures sans avoir d’idées particulières en tête mais attendent plutôt d’être « frappés » tout à coup par une idée de génie. Souvent d’ailleurs, soit qu’ils trouvent que ce qui se fait est du « déjà vu » et ne sont attirés par aucune des possibilités qui peuvent être proposées alors que d’autres au contraire, trouvent plutôt que tout est intéressant mais rien ne ressort vraiment suffisamment pour leur donner des pistes pour orienter leu propre sujet. Dans les deux cas, le résultat obtenu est souvent qu’ils prennent énormément de temps à orienter leur sujet et se retrouvent à la dernière minute à devoir décider des caractéristiques de leur projet de recherche.
Il est pertinent de voir avec le directeur quelles sont les orientations possibles et de là, effectuer les lectures pour identifier ce qui peut être le plus intéressant. Si vous ne parvenez pas à vous décider parce que vous ne trouvez aucun article ou document qui vous inspire suffisamment, parlez-en le plus tôt possible à votre directeur. Une discussion avec lui peut vous aider à mieux circonscrire vos propres goûts, voire à vous re-orienter sur un autre sujet.


Ne pas savoir s’arrêter (craindre qu’il y a peut-être mieux plus loin!)
Il s’agit d’une difficulté importante qui vient d’une crainte de choisir un sujet et de trouver mieux ou plus intéressant encore plus tard. Cette difficulté est souvent le signe qu’il n’y a pas d’étapes qui sont accordées pour faire la synthèse des observations, des lectures et des réflexions personnelles, ce qui empêche de pouvoir structurer la pensée et le projet à partir des éléments qui sont connus. L’étudiant a alors l’impression qu’il n’a pas assez d’informations pour se faire une idée.
Une façon de contourner cette difficulté consiste à produire régulièrement par écrit un compte rendu des lectures ou des éléments des lectures qui constituent des aspects qui pourraient être utilisés dans le choix du projet ou du sujet. Il s’agit également de mettre par écrit les réflexions qui surgissent pour s’en inspirer ou en discuter avec son directeur. Cette façon d’opérer permet de rendre conscientes toutes les informations qui ont été traitées et qui peuvent être pertinentes en plus de favoriser l’établissement de relations qui ne pourraient se faire autrement.
En vous accordant régulièrement des périodes pour réfléchir et mettre sur papier ce que vous avez lu et les idées qui vous sont venues, vous identifierez probablement plus facilement les aspects qui représentent des pistes intéressantes d’approfondissement.


Ne jamais faire vérifier en cours de route
Certains étudiants vont entreprendre leur démarche de choix du sujet en tentant de tout élaborer par eux-mêmes sans jamais référer à leur directeur en cours de route. Il est possible que dans certains cas, cela corresponde à l’entente établie entre le directeur et l’étudiant, dans lequel cas, il s’agit d’une façon de procéder qui n’est pas favorable.
Dans la démarche du choix du sujet, il devrait être important de discuter avec votre directeur des différentes
hypothèses de sujets qui se développent au fur et à mesure des lectures et des recherches. Vouloir fonctionner de manière « trop » autonome pourrait vous mener à des difficultés à faire approuver votre sujet par la suite et devoir alors reprendre votre démarche alors qu’il vous reste trop peu de temps pour tout retravailler. Le choix de votre sujet est une étape cruciale et il convient de rencontrer régulièrement votre directeur à ce propos pour vous assurer, tout au long du processus, d’être sur la bonne voie.

 

III. LE PROJET DE MEMOIRE ou PROJET DE RECHERCHE